Jeune puceau baise sa mère - histoire porno chapitre 3

Jeune puceau baise sa mère - histoire porno chapitre 1

Jeune puceau baise sa mère - histoire porno chapitre 2

Jeune puceau baise sa mère - histoire porno chapitre 4

Jeune puceau baise sa mère - histoire porno chapitre 5

 

Les mots d'Pierre l'ont tellement rassurée qu'elle ne pouvait plus se battre. Elle a dû céder.
Elle n'a pas dit un mot, elle a juste ouvert ses jambes plus et a courbé son corps en arrière, montrant à son fils qu'elle était son maintenant. Son esprit continuait à dire non, mais son corps avait son propre esprit. Elle en avait besoin et elle le laissait faire !
"Pardonne-moi Pierre...Pardonne-moi...Oh mon Dieu, c'est si bon..."
Ses paroles ont rendu Pierre encore plus confiant et il savait que sa mère était en train de fondre sous son toucher.
Il a conduit deux doigts à l'intérieur de sa chatte serrée et est allé aussi profond qu'il pouvait. Aline gémissait d'excitation, la première fois en 7 ans que quelqu'un d'autre joue avec sa chatte. Elle ne pouvait plus penser, ce n'était pas son fils, c'était juste un homme qui était là pour son plaisir.

"Oh yeeeeess...Pierre, YEEES" C'était ça ! Maintenant, Pierre avait son approbation complète et il ne voulait pas s'arrêter.
Il n'arrêtait pas de baiser sa chatte avec ses doigts, de plus en plus excité par ses gémissements bruyants. Il a commencé à l'embrasser sous le cou, la rendant folle. Aline était perdue, elle ne pouvait pas croire les sentiments qu'elle ressentait de la part de son propre fils ! Pierre savait quoi faire, il a commencé à embrasser ses seins et lui a pris son mamelon dans la bouche. Aline hurlait maintenant d'extase, se rapprochant de plus en plus du sperme pour son fils ! Elle n'arrivait pas à y croire !
“ Pierre, oh Pierre, oui, chéri, suce mon mamelon, fais-moi jouir, je suis ton bébé ! Oh oui...". Les mots d'Aline encourageaient Pierre une fois de plus et il n'arrêtait pas de lui sucer le mamelon de plus en plus fort pendant que ses doigts bougeaient furieusement dans et hors de la délicieuse chatte de sa mère.

Il était déterminé à descendre et à goûter la féminité de sa mère quand soudain Aline a crié, a tiré son visage sur le sien et l'a embrassé profondément pendant que son corps commençait à trembler.
Les lèvres bien fermées, Aline gémissait de plaisir pendant que son orgasme s'emparait de chaque centimètre de son corps qui tremblait. Pierre sentait sa chatte se resserrer de plus en plus pendant qu'elle cumulait fort, et son jus coulait sur toute sa main maintenant ! Sa mère était en train de jouir sur sa main, il n'arrivait pas à le croire !
Pierre devenait fou mais il savait qu'il devait se contrôler et qu'il pouvait sûrement obtenir sa récompense !
Avec un dernier gémissement fort, Aline explosa durement sans prendre ses lèvres de celles de son fils. Quel orgasme elle vient d'avoir !
Elle embrassait encore son fils, doucement cette fois-ci en essayant de reprendre son souffle en même temps.

"Dieu me pardonne, qu'est-ce que j'ai fait ?" Elle pensait, à nouveau coupable....
Elle cassa soudain le baiser et regarda son fils dans les yeux.
"Qu'avons-nous fait ? Pierre ?" Elle s'est sentie si satisfaite, mais une fois de plus, la fin de son orgasme a fait remonter toute sa culpabilité à la surface ! Elle se sentait si mal !
Pierre a vu l'inquiétude, mais il savait qu'il devait l'encourager davantage.
"Maman, c'était génial, je t'aime !".

Mais Aline se sentait différente maintenant, son corps commençait à se détendre et maintenant elle voyait la vérité. Son fils vient de lui donner un orgasme !
"Maman ?" Pierre était inquiet de voir le beau visage de sa mère s'assombrir de tristesse.
"Chérie, va-t'en ! Oh mon dieu Pierre, c'était tellement mal ! S'il te plaît, va-t'en et oublie ça !"
Aline avait l'air un peu en colère maintenant, plus contre elle-même qu'avec Pierre. Mais Pierre s'est mis en colère aussi !
"Maman, s'il te plaît ! Tu te fous de moi ! Tu as eu ce que tu voulais et maintenant tu me jettes ? Ce n'est pas juste !" Il avait besoin d'attention et il l'exigeait.
"Maman, et moi ?" Il a demandé.

Aline est de plus en plus en colère maintenant. Son propre fils lui demandait de lui faire jouir ?

"Pierre, va dans ta chambre. MAINTENANT ! Ce qui s'est passé était mal et tu le sais ! On n'en reparlera plus jamais, tu comprends ? Jamais ! Va maintenant et oublie ce qui s'est passé. J'étais ivre et tu as profité de moi !".
Aline avait l'air furieuse maintenant !
“ Quoi ? Quoi ? Maman, tu me blâmes sérieusement pour ce qui s'est passé ? Comment peux-tu dire ça ? Tu n'étais pas saoul, tu voulais ça, tu m'as taquiné toute la nuit ! Et tu as profité de moi, tu as eu ton plaisir et maintenant tu me cries dessus !".
Avec ces mots, Pierre est parti en courant de la chambre de sa mère et a claqué la porte derrière lui !

Aline est restée seule, incapable de penser clairement ou de trouver une bonne explication. C'est elle qui avait raison, elle savait qu'elle avait raison. Son propre fils a profité d'elle ! Comment aurait-il pu ? ...Ou peut-être qu'il ne l'a pas fait... C'est vraiment elle qui a tout commencé ? Pierre avait-il raison ? Aline était si confuse. Mais peu importe qui a commencé. Pierre avait raison sur un point. Elle a pris ce qu'elle voulait, mais il s'est retrouvé avec un énorme dur à cuire. Que pouvait-elle faire ? C'est son fils, elle ne peut pas le rendre triste.
"Hmmm. Peut-être qu'une branlette rapide arrangera les choses ? Il a besoin de jouir, c'est un homme. Je me souviens de son père quand il avait besoin de jouir, il n'y avait rien de plus important".
Aline se murmurait à elle-même. Était-ce vraiment la bonne chose à faire ? Elle ne voulait pas torturer son fils. Elle devait le faire se sentir bien. Il n'a pas fallu réfléchir, elle a décidé de l'aider à finir. C'était la bonne chose à faire.

Elle a mis sa robe et est allée à sa porte. Elle a frappé la première.
"Hun ? Pierre ?" Elle était nerveuse, que dirait-il ? Il était vraiment en colère à ce point ?
Pierre était en effet très en colère et ne voulait pas parler à sa mère en ce moment.
"Pierre, ouvre chéri, il faut qu'on parle, tu as peut-être raison."
Cela a encore illuminé le visage d'Pierre ! Qu'est-ce qu'elle voulait dire, serait-elle prête à s'occuper de lui aussi ?
"Maman, entre, je n'ai pas fermé à clé". Il répondit, très curieux de voir ce qu'elle aurait à dire.
Aline ouvrit la porte lentement, hésitant encore sur ce qu'elle allait faire ensuite. Pierre était sur son lit, ne portant que son caleçon.
"E..Pierre...Chéri, j'ai été trop cruel avec toi avant".

La voix d'Aline a montré sa faiblesse. Pierre pouvait voir qu'elle était venue dans sa chambre pour arranger les choses pour lui et a décidé d'en profiter.

"Maman, c'est bon. Je comprends. C'est étrange pour nous deux, mais je mérite aussi votre attention. Je me sens stupide pour ce que j'ai fait et j'ai l'impression que tu te sers de moi."
Pierre ne croyait pas un mot de ce qu'il disait, il voulait juste rendre sa mère assez coupable pour oublier ses insécurités.
"Pierre, non, chéri, je ne ferais jamais ça ! C'est juste que ce que nous avons fait était mal et qu'aller encore plus loin ne ferait qu'empirer les choses. Mais je sais que ce n'était pas juste, alors peut-être que...." Aline hésitait.
"Peut-être quelle maman ?" Pierre aimait ça, c'était sa mère qui se comportait comme une jeune fille et c'était lui l'homme !
"Peut-être que je pourrais... ?"
Aline ne voulait pas le dire. Etait-il trop tard pour y retourner ? Pierre s'en est assuré. Il a pris de ses boxers rapidement.....
"Maman, viens ici". Pierre a tiré sa mère sur lui et a pris sa main et l'a placée sur sa bite déjà dure.
"Oh mon Dieu, Pierre... tu es sûr chéri ?". Aline connaissait la réponse.
"Maman, je suis sûre... fais-le. Je le veux et tu le veux... Touche ma bite !".

Pierre ressemblait de plus en plus à son père maintenant et Aline s'excitait de nouveau. Sa main était sur la grosse et dure bite de son fils et elle le voulait plus que tout. Elle l'a pris dans sa main et ne pouvait pas croire à quel point c'était difficile. Elle savait quoi faire, elle a commencé à la caresser doucement et lentement comme son mari a toujours voulu ses branlettes. Pierre semblait lui aussi répondre à ce toucher doux, il ferma les yeux et regarda dans son propre paradis.
"Je n'arrive pas à y croire. Ma propre mère me caresse la bite, c'est trop beau pour être vrai". Il pensait, rempli de plaisir.
"C'est bon bébé ? "demanda Aline avec attention, sachant bien sûr qu'Pierre s'amusait beaucoup.
"Oh maman, c'est le meilleur sentiment du monde ! J'adore ça, continue de me branler comme ça, fais-moi jouir !".

Aline n'arrêtait pas de caresser, concentrée et déterminée à faire plaisir à son fils et à se racheter pour son égoïsme. Comme elle bougeait sa main de plus en plus vite, Pierre devenait si excité qu'il se sentait déjà trop proche du cumming.
"Maman...maman arrête un moment, je ne veux pas encore jouir !".
Aline était confuse, n'est-ce pas ce qu'il voulait ? Qu'est-ce qu'il avait en tête ? Avait-elle peut-être perdu la main après toutes ces années ?
"Chérie, qu'y a-t-il ? Est-ce que je fais quelque chose de mal ? S'il te plaît, dis-moi, j'ai promis de prendre soin de toi, dis-moi comment le faire." demanda Aline, inquiète qu'elle ne fasse pas du bon travail.
"Maman, c'est bien que j'aime ça, mais je ne peux pas jouir comme ça. Je veux quelque chose de plus". Pierre n'a pas perdu de temps du tout, il en voulait plus et a décidé de jouer pour lui.
"Plus ? Pierre, qu'est-ce que tu veux dire par là ? J'ai dit que je t'aiderai à jouir et c'est ce que je fais, que veux-tu que je fasse d'autre ?"
Les nouvelles exigences d'Pierre l'effrayaient mais l'excitaient aussi. Qu'est-ce qu'il voulait ?
"Maman, tu es si belle, je veux que tu te sers de ta bouche. S'il te plait suce ma bite, s'il te plait maman ça va me faire jouir si vite ! “.

Pierre a foncé, il savait que sa mère se mouillait à nouveau et voulait tenter sa chance. L'idée de la bouche de sa mère qui faisait plaisir à sa grosse bite lui paraissait paradisiaque. La plupart des hommes tueraient pour se faire sucer par une telle femme et maintenant il avait ses propres chances ! Il ne le raterait pas !
Aline n'était pas prête à aller aussi loin. Le branler était déjà un trop gros péché, prendre la bite de son propre fils dans sa bouche serait bien, bien au-delà de la limite.

"Chérie, s'il te plaît, n'y va pas, ça n'arrivera pas... Ce que nous faisons maintenant est déjà dommage, s'il vous plaît ne me le redemandez pas, d'accord ? Ça n'arrivera pas. Profite de la branlette, j'aime te la donner. Détends-toi et je te ferai jouir Pierre, je te le promets".
"Oh...Ok, maman, continue de faire ce que tu fais, ça fait du bien." Pierre a dit, déçu que sa mère ait pris une pipe hors de question sans une seule pensée. Mais se faire branler par elle était quand même génial, alors il s'est concentré là-dessus.

Pendant qu'Aline lui caressait la bite, elle n'arrêtait pas de penser à ce qu'Pierre lui demandait. Son mari adorait ses pipes, elle savait comment lui faire plaisir et jouissait toujours du pouvoir qu'elle avait sur lui quand sa bite était dans sa bouche. En repensant à ces moments la rendait encore plus humide, elle sentait sa chatte mouillée tremper à nouveau ses cuisses.
Pierre respirait plus fort maintenant, les yeux fermés, alors que sa mère accélérait sa branlette en essayant de le faire jouir. Elle savait qu'il était proche, qu'elle n'avait pas touché une bite depuis si longtemps, mais les réactions de son fils étaient très claires, il était à quelques coups de poing près.
"Tu es si belle maman, tu es si gentille avec moi, oh s'il te plaît, n'arrête pas que je suis en train de jouir. Je t'aime maman !".

Pierre chuchotait alors qu'il était sur le point de jouir et Aline se sentait une fois de plus extrêmement fière à cause des mots qu'elle entendait.
"Quel charmant garçon" se dit-elle encore.
Elle savait qu'il méritait mieux que ça !
Elle a cessé de le caresser soudainement et cela l'a fait ouvrir les yeux et la regarder avec une frustration extrême.
"Maman, non... J'y suis presque !". Pierre a commencé à protester mais sa mère avait le contrôle maintenant.
"Sssshhhhhhh...." C'est tout ce qu'Aline a dit.

Elle lui sourit et tout en le regardant dans les yeux, elle baissa la tête et enroula ses lèvres mouillées autour de sa bite dure. Pierre est devenu fou.
"Aaaaahhhh ! Maman.... !"
C'était ça ! Pierre a réussi ! Il avait la bouche de sa mère partout sur sa jeune bite et il sentait que c'était son triomphe personnel !
"Yeeeessss". chuchota Pierre avec une satisfaction extrême !

Aline sentit sa bite devenir encore plus dure dans sa délicieuse bouche. Elle poussa un gémissement de plaisir, elle avait oublié à quel point c'était incroyable d'avoir une bite si profonde entre les lèvres. Elle ferma les yeux et apprécia l'énorme membre de son fils qui remplissait toute sa bouche, déplaçant lentement sa langue de haut en bas en s'assurant qu'elle se mouillait et se laissait aller. Elle a commencé à caresser le bout de la queue de son fils avec sa tendre langue, sachant que cela rendrait Pierre fou.

"Aaaaaah....".
Pierre ressentait des choses qu'il n'avait jamais ressenties auparavant. La bouche de sa mère était si chaude et humide qu'il était l'homme le plus heureux du monde ! Il a déplacé sa main sur les cheveux longs et soyeux d'Aline et a commencé à pousser sa tête plus profondément et plus rapidement.
Aline a toujours détesté quand son mari faisait ça, mais pas maintenant. Elle a adoré ! "Elle n'arrêtait pas de gémir doucement à chaque fois que son fils la poussait profondément, lui faisant sentir sa belle bite toucher le fond de sa gorge.
"Ooooh, maman !". Pierre a resserré ses jambes, sentant son orgasme plus près que jamais.